Tables gigognes, la suite…

Le travail de forge a démarré à l’automne et devrait se terminer sous peu. Le piétement des tables est réalisé en métal dans du carré de 16mm.

Poursuite du travail entamé l’été dernier à la menuiserie (présenté ici ).

J’ai réalisé un gabarit avec deux angles d’arc correspondants au diamètre des deux tables. Le gabarit est fixé sur l’enclume.


y’a plus qu’à…

Faire un cercle n’a pas été si compliqué finalement, mais le réaliser dans un plan ne fut pas si simple ! Chouette expérience.

Les éléments constitutifs de la petite table sont prêts. Il reste à faire les soudures. Et les éléments de la grande table.

La petite table en situation 🙂

Soudures du grand piétement
La grande table qui attend de retrouver sa frangine…

7 réflexions sur “ Tables gigognes, la suite… ”

  • 12 mai 2020 à 16 h 21 min
    Permalink

    Salut Mathieu, super boulot, comme d’hab!
    Je tombe sur ton blog par hasard (enfin pas vraiment non ;-))
    Tu nous dis comment tu as fais la découpe du plateau rond : défonceuse? Un point de fixation au centre, sous le plateau?

  • 12 mai 2020 à 16 h 42 min
    Permalink

    Salut Laurent,

    oui je je dois avoir deux ou 3 photos.
    Le rond n’est pas rond malheureusement… J’ai découpé grossièrement le plateau à la scie-sauteuse selon la forme de la table.
    Puis j’ai créé un gabarit correspondant à l’extérieur de mon pied, dans du contreplaquer, à la défonceuse avec une fraise à copier.
    Ce gabarit a ensuite servi à la toupie pour usiner l’extérieur du disque. Avec comme tu l’as deviné un axe sur la face inférieure du plateau que j’ai fait tourner devant l’arbre de la toupie.
    Une passe pour l’extérieur du plateau et deux passes pour réaliser la feuillure de 18 mm (la plateau est encastré sur le pied).
    En bon débutant j’ai vu trop juste et au premier orage le plateau a serré dans le pied 🙁 J’ai donné de la marge par la suite.

  • 12 mai 2020 à 16 h 48 min
    Permalink

    et merci pour le compliment !

  • 15 mai 2020 à 15 h 09 min
    Permalink

    Merci pour les précisions! J’ai vu des personnes coller un martyr sous le plateau définitif, à la colle chaude, pour y fixer (à l’aide d’une vis) un bras sur lequel ils maintiennent la défonceuse au bon rayon. Il découpe ainsi le plateau (sans dégrossir, sans gabarit, en une fois). Une fois fini, le martyr se décolle apparemment bien (en cisaillement), d’autres injectent de l’acétone à la seringue pour aider, puis léger ponçage. Cela fonctionnerait aussi pour la feuillure. Tout ceci sous réserve que le cerclage métallique soit bien rond, et j’imagine que c’est une autre histoire…et que c’est ce qui t’a orienté vers un gabarit fidèle au cerclage métal(?)
    Dans les autres cas, cela évite la découpe à la scie sauteuse, le gabarit, la toupie, mais pas la fabrication du bras, qui, s’il est réglable peut être ré-utilisé.

  • 15 mai 2020 à 15 h 20 min
    Permalink

    Oui c’est ça c’est que le cercle n’est pas tout à fait rond puisque fait au marteau (5mm entre le plus grand et le plus petit diamètre).
    La prochaine sera faite à la cintreuse 😉 maintenant que je sais que je sais le faire au marteau 😉

  • 15 mai 2020 à 16 h 49 min
    Permalink

    5 mm à la main, j’imagine pour que du métal c’est plus qu’honorable 😉

  • 15 mai 2020 à 17 h 41 min
    Permalink

    J’avoue je suis content 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *